Marsillargues info
Marsillargues Info - Actualités
Marsillargues Info - Conseils municipaux
Marsillargues Info - Elections
Marsillargues Info - Archives
Marsillargues Info - Vidéos
Marsillargues Info - Célébrités
Marsillargues Info - Histoires de Marsillargues
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre
Marsillargues Info - Histoire
Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Liens
Marsillargues Info - Aux alentours
Marsillargues Info - Infos pratiques
Marsillargues Info - Liste des artisans
Marsillargues Info - Artistes
Marsillargues Info - Liste des Associations
Marsillargues Info - Liste des commerçants
Marsillargues Info - Contacts
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre

  

www.marsillargues.info

www.marsillargues.info, le nouveau site d'information sur la ville de Marsillargues (Hérault - 34590)

Au temps héroïque du foot- Paul Pastre

Au temps héroïque du foot-ball.



Marsillargues possède un terrain de sport moderne et d'un accès facile.


Son emplacement aux portes du village, ses dimensions assez vastes, sa belle pelouse soigneusement en­tretenue, son installation de douches, le cadre verdoyant qui le cerne de toutes parts, en font l'un des plus beaux des villages de la région.


En le voyant, on se dit aussitôt que les jeunes d'aujourd'hui ont de la chance d'avoir sous la main pour leurs ébats sportifs un terrain aussi commode et aussi bien aménagé. Les vieux spor­tifs eux, ne peuvent s'empêcher de déclarer :

 « Ah ! Si nous avions eu un terrain pareil ».


La Municipalité, il faut le reconnaître et l'en féliciter, fait tous les ans de louables efforts tant pécuniaires que matériels pour le développement du sport à Marsillargues.


Il n'en a pas toujours été ainsi et il a fallu aux fondateurs et aux joueurs du stade Marsillarguois, ancêtre de l'actuel Stade Athlétique, une foi bien accrochée, beaucoup d'ingéniosité et de réels sacrifices pour réussir à implanter définitivement à Marsillargues le sport de la balle ronde.


Pour les jeunes qui n'ont pas connu cette époque et les vieux (qu'ils nous excusent de ce vilain mot) qui l'ont vécue nous allons essayer de tracer quelques tableaux du temps lointain où le foot-ball faisait ses premiers shoots à Marsillargues.


Ceci remonte à l'année 1909. Il y a donc plus de cinquante ans que le sport de la balle ronde a droit de cité chez nous.


Le tam­bourin était à son déclin et les sportifs, au vrai sens du mot, rares.


Le foot-ball débuta d'abord dans les grandes villes et fut aussitôt en vogue dans les milieux universitaires. Il essaima peu à peu dans les villages par l'intermédiaire des élèves des gran­des écoles.


C'est ce qui se produisit ici, où Georges Encontre et Ravel William eurent l'idée de former une équipe.


L'un des premiers de la région notre village eût son « onze » et quelque temps après le stade Marsillarguois naissait.


L'attitude des parents face à ce nouveau jeu n'était pas des plus favorables et il y eut au début, on s'en doute, assez de tirage.


Le parc n'était pas ce qu'il est devenu aujourd'hui et les terres pouvant servir de terrain de sport étaient rares ou interdites par leurs propriétaires ; force fut donc de se rabattre sur le seul accessible, nous voulons nommer le plan.


Entraînement et ren­contres dominicales s'y déroulaient, au milieu de la foule des promeneurs indifférents.


La place de l'Hôtel de Ville ne possédait pas, heureusement, l'œil de Cyclope de l'axial, ni les arbres qu'on y voit aujourd'hui, pas plus que les élégants forts Chabrol qui la décorent sur son côté Ouest.


Les limites du terrain étaient élastiques parce que non marquées et deux branches reliées parfois par une ficelle agrémentée de rubans faisaient fonction de poteaux de but. L'équipement était des plus hétéroclites, le public indifférent, parfois hostile et les joueurs obligés de dribbler l'adversaire et les badauds qui envahissaient le terrain.


Le sol du plan n'était pas l'objet d'autant de sollicitude qu'aujourd'hui et les chutes sur sa surface inégale et caillouteuse étaient rudes. Quant aux plongeons des gardiens de but, ils s'avéraient des plus dangereux.


L'arbitre et les joueurs n'avaient du règlement que des connaissances approximatives, mais la foi, qui soulève les montagnes, les animait et ... ça gazait.


L'équipe fit bientôt parler d'elle et avec les saisons des joueurs des environs vinrent la renforcer. L'acrobatique Largier, avec Boutaric et Sanson d'Aigues-Mortes ; le fin Lafaye de Vergèze ; l'infatigable Castel (dit Lou Caté) et le calme Figère de Lunel.


Le S.M. fut bientôt renommé.


De 1909 à 1914, en plus des déjà nommés, opérèrent sous ses couleurs les Marsillarguois Ravel William, Encontre Georges, Daumas Paul, Lacombe Paul, élèves des grandes écoles de Montpellier, Rodde Louis, Fanton Armand, Gachon Aimé, Gachon Albert, Dupré Marcel, Louche Ulysse, Huesca Tony, Rivière Joseph et quelques autres dont les noms nous ont échappé.


Hélas, que de disparus parmi tous ces sportifs de la première heure, les uns tombés en pleine jeunesse pendant la guerre 1914-1918, les autres fauchés depuis dans la force de l'âge et à la mémoire desquels nous adressons un souvenir ému.


La société avait son siège au Café du Progrès, sis boulevard Victor Hugo. La salle de réunion, de dimensions réduites, contenait difficilement tous les sociétaires.


Avant l'ouverture de la séance, les pipes répandaient des flots de fumée et avaient tôt fait de transformer la salle en chambre à gaz.


L'on ne s'y voyait pas à deux mètres et l'on sortait de là fortement « méché ». Mais la jeunesse est une belle chose et cette asphyxie lente n'entamait aucunement le sérieux des discussions et l'entrain des participants.


Les ressources de la société provenaient des seules cotisations de ses membres. Pas de subventions, pas de recettes, aucune aide matérielle.


Les joueurs ne pouvaient compter que sur eux-mêmes pour s'équiper et maintenir le club. Heureusement que les frais étaient réduits au minimum et que les « fouyettes » d'absinthe faisaient du profit les jours de réception.


On le voit, les débuts furent durs, mais peu à peu l'indifférence des uns, l'hostilité des autres fondirent et le S.M. eut son noyau de fidèles.


Un terrain fut mis à sa disposition, aux environs du mas de Favet, par M. Fourmaud Ernest. La partie dès lors fut gagnée et les adeptes de la balle ronde devinrent plus nombreux, au point que vers 1912 une deuxième société fut formée et prit le nom d'Etoile Sportive Marsillarguoise.


Mais la guerre éclata ; les joueurs et dirigeants furent dispersés.


Ce ne fut qu'en 1919 que ceux qui eurent la chance de revenir purent se remettre au travail et réorganiser le S.M. Ils le firent avec honneur et bonheur, car pendant les années 1920-1921-1922, le foot-ball Marsillarguois sous les couleurs du Stade rénové brilla d'un éclat des plus vifs sur tous les stades de la région.


Mais ceci est une autre histoire, que nous aimerions bien pouvoir vous raconter un autre jour.

 

Paul PASTRE


  

Équipe des vieux qui ont joué contre les jeunes.

Bassaget Marcel, Garnier Julien, Delon Paul, Gachon aimé, Amphoux Maurice, Pastre Charles, Lavayssière, Valentin Pierre, Camp Samuel, Roumestan Jean, Coste Albert, Docteur Ducros Pierre.

  

Équipe de foot-ball.


Marcel Vareille, Albert Gachon, Armand Fanton, René Daumas-Cabanis, Mar­cel Bassaget, André Casse, Charles Pastre, Gaston Mazauric (Goal), Aimé Gachon, Marcel Camp, René Encontre.