Marsillargues info
Marsillargues Info - Actualités
Marsillargues Info - Conseils municipaux
Marsillargues Info - Elections
Marsillargues Info - Archives
Marsillargues Info - Vidéos
Marsillargues Info - Célébrités
Marsillargues Info - Histoires de Marsillargues
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre
Marsillargues Info - Histoire
Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Liens
Marsillargues Info - Aux alentours
Marsillargues Info - Infos pratiques
Marsillargues Info - Liste des artisans
Marsillargues Info - Artistes
Marsillargues Info - Liste des Associations
Marsillargues Info - Liste des commerçants
Marsillargues Info - Contacts
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre

  

www.marsillargues.info

www.marsillargues.info, le nouveau site d'information sur la ville de Marsillargues (Hérault - 34590)

LLa Lyre - Paul Pastre

La vie à Marsillargues

La Lyre


L’année 1952 a été pour la Lyre celle de la résurrection.


Touchée plus que les autres sociétés par la guerre qui a tari pendant quelques années tout recrutement, elle a repris actuellement toute son activité.


Sous la présidence de M. Octave Ravel, toujours sur la brèche et sous l’énergique impulsion de son dynamique chef M. Carbonnier René, elle a regroupé ses anciens membres auxquels se sont joints une dizaine de jeunes.


Après quelques mois de travail acharné, elle est parvenue à coordonner ses efforts et a participé brillamment aux fêtes qui ont émaillé le cours de l’année. Elle en a rehaussé l’éclat et s’est même offert le luxe d’une sortie chez nos voisins Aimarguois.


Les résultats qu’elle a obtenus, la sympathie qu’elle a trouvée auprès de la population ont été pour elle le plus précieux des encouragements et le temps est proche ou son rayonnement débordera le cadre local.


La Lyre est la plus ancienne des sociétés existant actuellement à Marsillargues. Son acte de naissance porte la date du 25 janvier 1877, ce qui l’autorisait à fêter cette année le soixante-quinzième anniversaire de sa fondation.


Au cours de cette longue période, elle n’a eu que deux présidents ; Ravel Emile qui en fut le créateur et la dirigea jusqu’en 1920, et M. Ravel Octave, son fils, qui préside actuellement à ses destinées. C’est assez dire ce que la Lyre doit à la famille Ravel.


Les chefs ont été les plus nombreux : Ravel Emile déjà cité tint ce poste jusqu’en 1890 ; lui succédèrent dans l’ordre : Floutier Paulin, Ravel Auguste, Gachon Louis, Daniel Marcel et Carbonnier René, qui a réussi à donner à cette phalange la cohésion que la guerre lui avait fait perdre.


L’existence d’une société musicale entraînait tout naturellement la construction d’un kiosque à musique.


C’est ce qu’un Marsillarguois dévoué parvint à obtenir grâce à une ténacité et une ardeur que rien n’arrêta. Conte Elisée, car c’est de lui qu’il s’agit, publia des articles, fit une propagande suivie en faveur de la construction de cet édifice et convainquit peu à peu la population, d’abord réfractaire à cette idée.


Grâce à une allocation de 300 francs votée par le Conseil Municipal, (Antoine Moulin étant maire) et aux dons recueillis, la construction du kiosque fut décidée.


Fériaud Eugène, époux Drouillon en dressa les plans et les devis. Yzombard Auguste et Fériaud Eugène, maçons, le construisirent courant octobre 1900. La serrurerie fut fournie par Bourrely Auguste. Tous comptes arrêtés, la dépense totale fut de 759 frs 95, dont voici le décompte à titre de curiosité : maçonnerie 516 frs, serrurerie 200 frs, travaux de terrassements 12 frs 50, sable et gravier 5 frs 25, peinture deux couches 26 frs.


Et naturellement c’est à la Lyre que fut confié l’honneur de participer à son inauguration.


Cet événement eut lieu le 25 décembre 1900 pour la fête de Noël et se déroula devant une foule enthousiaste.


D’autres concerts ont suivi depuis, et chaque fois la population est venue nombreuse applaudir sa musique.


Hélas du temps et bien des événements ont passé depuis et le pauvre kiosque délaissé est dans un état qui frise le délabrement.


La Lyre s’étant reconstituée verrons-nous ce dernier remis à neuf et les concerts reprendre comme par le passé ? C’est ce que seul l’avenir nous dira.


Paul Pastre.

Article paru dans le quotidien Midi libre du 19-12-1952.