Marsillargues info
Marsillargues Info - Actualités
Marsillargues Info - Conseils municipaux
Marsillargues Info - Elections
Marsillargues Info - Archives
Marsillargues Info - Vidéos
Marsillargues Info - Célébrités
Marsillargues Info - Histoires de Marsillargues
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre
Marsillargues Info - Histoire
Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Liens
Marsillargues Info - Aux alentours
Marsillargues Info - Infos pratiques
Marsillargues Info - Liste des artisans
Marsillargues Info - Artistes
Marsillargues Info - Liste des Associations
Marsillargues Info - Liste des commerçants
Marsillargues Info - Contacts
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre

  

www.marsillargues.info

www.marsillargues.info, le nouveau site d'information sur la ville de Marsillargues (Hérault - 34590)

La resclaouza

  

La resclaouza


Un barrage appelé en languedocien, resclaouza, joignait les deux moulins.


Il fut construit vraisemblablement à la même époque que ces derniers.


D'après les documents que nous avons eus sous les yeux, il entra dans sa construction plus de dix mille charretées de pierres.


Il avait à l'origine 3 m 75 de profondeur et près de 70 mètres de long.


Malgré les nombreuses réparations nécessitées par les sautes d'humeur de la rivière, son aspect a peu varié depuis ; sa crête est actuellement à 5 m 30 au-dessus du niveau des eaux à l'embouchure de la radelle.


Lorsque les eaux atteignent cette hauteur, en amont et en aval la pente d'écoulement n'est plus que de 0 m 45 par kilomètre, ce qui par vent sud et à cause de l'ensablement toujours plus important de l'embouchure du Vidourle explique la montée rapide des eaux et crée pour les riverains des situations parfois angoissantes.

 

Au XIVe siècle les habitants avaient reçu du seigneur l'autorisation de laver leur linge sur la resclaouza et celle d'utiliser par basses-eaux la crête plate du barrage pour passer en terre d'Aimargues.


Un mur fut même construit à l'extérieur des moulins en novembre 1696 pour faciliter le passage de jour et de nuit.


De nos jours le barrage est moins fréquenté, seuls s'y hasardent quelques pêcheurs et des baigneurs qui s'y livrent aux plaisirs du plongeon.



Article paru  dans le  quotidien  Midi libre  du   14-6-1955.