Marsillargues info
Marsillargues Info - Actualités
Marsillargues Info - Conseils municipaux
Marsillargues Info - Elections
Marsillargues Info - Archives
Marsillargues Info - Vidéos
Marsillargues Info - Célébrités
Marsillargues Info - Histoires de Marsillargues
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre
Marsillargues Info - Histoire
Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Liens
Marsillargues Info - Aux alentours
Marsillargues Info - Infos pratiques
Marsillargues Info - Liste des artisans
Marsillargues Info - Artistes
Marsillargues Info - Liste des Associations
Marsillargues Info - Liste des commerçants
Marsillargues Info - Contacts
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre

  

www.marsillargues.info

www.marsillargues.info, le nouveau site d'information sur la ville de Marsillargues (Hérault - 34590)

Marsillargues petite ville- Paul Pastre


Marsillargues  petite ville



Le printemps cet éternel enchanteur,  nous dispense depuis sa venue de belles et chaudes journées.


Fortement attirée par une température exceptionnelle, la sève gonfle les bourgeons et boutons.


Les fleurs étalent gentiment leurs corolles multicolores et em­baument l'air environnant.


Ormes centenaires, platanes mutilés, micocouliers au feuillage sombre, marronniers au port impressionnant, couvrant de leurs feuilles dentelées les larges allées qui font la beauté de nos boulevards : Marsillargues fait sa toilette annuelle et revêt ses plus beaux atours.


Les étrangers qui visitent notre village, admirent le cercle parfait de ses boulevards, la symétrie de ses grandes artères débouchant en direction des quatre points cardinaux, la largeur de ses rues et les mille et un petits détails qui lui donnent un air de petite ville.


Le Château aux pierres patinées par le temps, la Cave Coopérative la plus grande d'Europe attestent son importance passée et présente.


Le vignoble qui l'environne, remarquable par son étendue et le développement extraordinaire qu'il puise dans un terrain fertile montre l'attachement au sol et l'activité de ses habitants.


Il est vrai que son importance a été de tout temps reconnue et qu'il a, pourrions-nous dire, ses lettres de noblesse.


Qu'on en juge:

C'est parce qu'il avait apprécié la valeur du territoire de Mar­sillargues que Guillaume de Nogaret fit asseoir sur cette com­munauté le don de 300 livres que lui avait fait le roi Philippe le Bel.


Le roi Charles IX visitant son royaume, coucha à Marsillargues le 26 décembre 1564.


L'un de ses serviteurs qui a relaté son voyage, inséra dans ses notes que Marsillargues était une belle petite ville.


Le secrétaire de Henri IV, écrivait le 3-4-1596 : « La dicte ville de Marcilhargues est des anciennes et principales de notre païs, consistant en juridiction et seigneurie belle et ample, assise en païs fertile de bled, vin, bétail, et autres choses commodes et nécessaires, construite et édifiée de nombreuses maisons, habitants et marchandises, etc. ».


Un document daté du 9 mars 1710 porte que «Marsillargues est une ville et viguerie, où il y a des Consuls en chaperon rouge, entrant aux Etats par tour, c'est-à-dire le lieu le plus considérable des assises et par conséquent de la qualité requise pour mériter un Château ».


Plus près de nous dans son ouvrage sur Aigues-Mortes, édité en 1873, Topin écrivait « Après avoir quitté Lunel et traversé le joli village de Marsillargues ».

Dans Aigues-Mortes, son passé, son présent, son avenir, de Charles Martins édition de 1875, nous relevons « Cette route de Lunel à Aigues-Mortes, traverse d'abord une plaine unie, plantée de céréales et de vignes, nivelée par les alluvions du Vidourle. Elle longe le beau village de Marsillargues ».


Dans la préface de l'ouvrage « Marsillargues pendant la Révolution » de Jules Granier, Célestin Pontier, écrivait « gentil et coquet village du Midi, un peu sombre et triste et solitaire mais baigné de lumières d'or et de verdure printanière ».


Nous arrêterons nos citations en disant que M. Vergelly dans son essai de monographie sur Marsillargues et son territoire, déclare « Qu'on ne saurait refuser de lui reconnaître certains charmes ».


Paul Pastre. (1895-1974)

« Article paru  dans l'Echo  du   Vidourle  du  6 mai   1949. »