Marsillargues info
Marsillargues Info - Actualités
Marsillargues Info - Conseils municipaux
Marsillargues Info - Elections
Marsillargues Info - Archives
Marsillargues Info - Vidéos
Marsillargues Info - Célébrités
Marsillargues Info - Histoires de Marsillargues
Marsillargues Info - Histoire de Marsillargues par Paul Pastre
Marsillargues Info - Histoire
Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Liens
Marsillargues Info - Aux alentours
Marsillargues Info - Infos pratiques
Marsillargues Info - Liste des artisans
Marsillargues Info - Artistes
Marsillargues Info - Liste des Associations
Marsillargues Info - Liste des commerçants
Marsillargues Info - Contacts

Marsillargues Info - Traditions
Marsillargues Info - Festival 2007

Liens utiles

www.marsillargues.info

www.marsillargues.info, le nouveau site d'information sur la ville de Marsillargues (Hérault - 34590)

Le site de la F.F.C.C

L'abrivado et la bandido

Abrivado


L'abrivado est un mot provençal signifiant « élan, hâte », qui désignait jadis la conduite des taureaux depuis les pâturages jusqu'aux arènes sous la surveillance de gardians.


La bandido est un mot provençal (du provençal bandir ou fòrabandir, « expulser » les taureaux) qui désignait jadis le retour des taureaux des arènes vers les pâturages.


De nos jours, chacun de ces termes désigne une tradition taurine provençale et languedocienne consistant à simuler ces transferts de taureaux en les lâchant dans les rues fermées d’une ville ou d’un village.



Origines

À l’origine (avant l'époque des camions transporteurs de bétail, que l'on appelle encore les chars de taureaux), l’abrivado consistait à conduire les taureaux des pâturages aux arènes où les bêtes devaient participer à des courses.


Afin de faire ce trajet sans incident, les bioù ou buòus (« taureaux » en provençal) étaient encadrés par une dizaine de cavaliers disposés selon une formation en V.


Lors des traversées de villages, il arrivait souvent que les jeunes villageois tentent de faire échapper les bêtes, afin de s’en amuser. Afin de limiter les risques de voir leurs taureaux leur échapper, les gardians leur faisaient donc traverser le village au galop, à la vitesse la plus élevée possible.



La bandido était le contraire de l'abrivado: la course aux arènes une fois finie, les bêtes étaient ramenées par les gardians vers leurs pâturages en effectuant le chemin inverse, c'est-à-dire des arènes au pré.


De nos jours


Abrivado


De nos jours les abrivado sont organisées spécialement lors des fêtes locales de nombreux villages et villes des Bouches-du-Rhône, du Gard et de l’Hérault. Les rues sont barrées par des barrières afin d’empêcher les taureaux de s’échapper.


Les gardians empêchent les atrapaïre (« attrapeurs » en provençal, figurant les jeunes villageois d'antan) de faire échapper le taureau ; les atrapaïre rivalisent d’adresse et de témérité. Il est même organisé des concours d’abrivado, plusieurs éleveurs y participant et étant jugés sur le nombre de taureaux qu’ils ramènent au bercail.


Abrivado longue

Une variante (qui est en fait un retour aux sources) est l’abrivado longue.

Le départ, qui a lieu loin du village (plusieurs kilomètres), est souvent précédé d'un déjeuner des participants (« déjeuner au pré »).

On mène alors les taureaux encadrés par 10 à 20 cavaliers au pas. Les piétons courent devant et tentent de créer une brèche dans la troupe en se pendant au cou des chevaux, en les écartant et les faisant cabrer. Ces gens-là sont appelés les « charbonneurs » (pour une raison inconnue). Si une bête s'échappe, la capturer est ensuite une opération périlleuse et difficile.


Bandido

De nos jours la bandido a lieu le soir vers 18 heures dans des rues fermées par de hautes barrières et le parcours est beaucoup plus petit que celui de l'abrivado.


En général on assiste à plusieurs passages. Les bêtes passent une fois chacune seules, encadrées au galop par 2 ou 3 cavaliers. Ensuite elles passent le plus souvent 2 fois par 2 et encadrées par plus de cavaliers et une fois par 4. Parfois il arrive que la manade gratifie le public d'un passage « à l'ancienne » c’est-à-dire que toutes les bêtes sont menées par un ou deux cavaliers au pas de course.


Orthographe et prononciation

Abrivado et bandido sont des mots féminins et, comme tous les mots provençaux, invariable au pluriel. Comme dans la plupart des langues romanes, l'accent tonique doit être placé sur l'avant dernière syllabe (abrivado, bandido), et non sur la dernière comme en français. De ce fait, la prononciation du o ou a final en provençal est pratiquement celle d'une voyelle atone.



  

Festival d'abrivado bandido 2007